Catégories
Non classé

ACTEP – Une démarche unique à l’Est de Paris ! – A la une

Du mouvement d’urbanisation du 19ème siècle jusqu’aux chartes de coopération, les liens entre Paris et l’Est parisien n’ont cessé d’évoluer. 

1. Histoire de l’urbanisation de la périphérie de Paris 

-> Téléchargez le dossier sur le développement de la banlieue parisienne (918ko) – dossier historique réalisé avec le musée de Nogent-sur-Marne – 9 pages.

2. Paris/ banlieue : vers des chartes de coopération

Sur le territoire de l’ACTEP, 4 chartes ont été signées avec la Ville de Paris.

Paris compte aujourd’hui 2,2 millions d’habitants. Bordée par 29 communes et 3 départements, chaque jour, 800 000 habitants de la Région viennent travailler à Paris et près de 300 000 parisiens vont quotidiennement travailler en banlieue. Les transports collectifs sont donc, de fait, très largement partagés, de même que certaines grandes infrastructures comme le boulevard périphérique.

Au-delà des identités, de l’histoire et de la légitimité que se sont construits, au fil des ans, les collectivités d’Ile-de-France, les habitants de l’est parisien vivent dans une métropole dense qui dépasse les frontières administratives.

Depuis juin 2002, plusieurs protocoles bilatéraux de coopération ont été signés par Paris avec des communes ou départements voisins. Ces initiatives soulignent la volonté de la municipalité parisienne d’établir un nouveau climat de travail avec l’ensemble des collectivités d’Ile-de-France.

7 communes de l’ACTEP signent la Charte pour l’aménagement durable du Bois de Vincennes.

 
En 1998, les sept villes val-de-marnaises riveraines du Bois de Vincennes ont constitué une association : le Comité de Défense pour la Sauvegarde du Bois de Vincennes (CDSBV). L’actuel Maire de Paris a poursuivi cette démarche de dialogue avec le CDSBV constitué des communes de Joinville-le-Pont, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Saint-Maurice, Vincennes, Nogent-sur-Marne et Fontenay-sous-Bois.

Le 26 avril 2003, les élus de communes riveraines du Bois, le Maire de Paris, le président du Conseil Régional, le Président du Conseil général du Val-de-Marne se sont réunis, pour signer, ensemble, la Charte pour l’aménagement durable du Bois de Vincennes.

Les grandes orientations de la charte :

§         Réhabiliter les paysages et restaurer les milieux naturels.

§     Réduire la circulation automobile pour une promenade plus tranquille.

§       Réduire le stationnement et l’amélioration de la desserte des transports en commun avec la mise en place de transports alternatifs (navette) à partir des gares RER et des stations de métro et la multiplication des points de location vélo.

§       Reconquérir l’espace public et gérer les activités dans la cohérence et la transparence.

§          Innover dans les modes de gestion et de gouvernance.

La charte se doit de garantir un espace naturel de qualité offrant une diversité de milieux propices à la biodiversité et à l’accueil des promeneurs.

La conférence Paris – Val-de-Marne

Cette conférence interdépartementale, première du genre France, permettra de mener des projets communs et notamment la valorisation de la vallée de la Seine.

La signature officielle entre Bertrand Delanoë et Christian Favier s’est déroulée le 17 novembre 2003.

Première du genre en France, la conférence Paris-Val-de-Marne fixe un cadre juridique dans lequel les deux départements entendent dialoguer sur la base de leurs intérêts respectifs et communs pour améliorer la gestion de leurs territoires.

Les territoires de Paris et du Val-de-Marne partagent à l’évidence un certain nombre de fonctions, d’atouts et de handicaps qui ont conduit les exécutifs des deux collectivités à souhaiter une gestion concertée de cet espace commun.

Articulé autour de trois axes, le protocole s’appuie sur les identités parisienne et val-de-marnaise et sur les éléments de liaison spécifiques qui les rattachent.

L’harmonisation des transports, la qualité environnementale des emprises liées aux services urbains partagés et la maîtrise du foncier en constituent ainsi le premier volet.

Dans l’objectif affiché ” d’améliorer la vie quotidienne des Parisiens et des Val-de-Marnais “, le second volet porte sur le renforcement de la cohésion sociale, la démocratie locale, la santé, la recherche et la culture.

Enfin, la Seine, qui traverse les deux départements, est le support de nombre d’activités industrielles, logistiques, touristiques qui marquent les paysages. Le fleuve est ainsi au centre du 3e volet, qui vise à valoriser au mieux ce trait d’union au bénéfice des territoires qui composent la vallée et des populations qui l’occupent.

Charte de coopération entre Paris et Montreuil

Ella a été signée le 28 juin 2002 par Bertrand Delanoë et Jean-Pierre Brard.

Cette première charte de coopération porte sur l’amélioration de la situation de la Porte de Montreuil, un travail commun sur la sécurité, le réaménagement de la voirie, l’amélioration du nettoiement des Puces.

Le protocole de coopération entre les villes de Montreuil et de Paris inaugure une démarche visant à ” un développement territorial coordonné dans l’est parisien entre la ville-centre de la région-capitale et la grande ville qu’est Montreuil sur la porte de l’est parisien.

En termes d’aménagement, il est prévu plusieurs dispositifs autour de la requalification de la Porte de Montreuil et du secteur des Puces :

§         une étude concertée de l’aménagement des îlots de part et d’autre du périphérique (Porte et giratoire, Puces, circulations automobiles et douces, pôle tertiaire montreuillois, passage ultérieur du tramway des Maréchaux, etc.) ;

§         un groupe de travail commun pour traiter de la question des déplacements dans l’objectif général de réduire la circulation automobile et promouvoir les modes alternatifs ;

§         la recherche de solutions communes de gestion et de sécurisation des espaces publics aux abords de la Porte ;

§         le règlement de problèmes ponctuels d’aménagement et de gestion sur l’interface de cette zone.

L’ambition des deux villes ne se limite pas à ce secteur géographique et le protocole prévoit des échanges d’expériences et de savoir-faire en matière d’action économique et de déplacements, examinés à une échelle plus large et notamment au regard du Plan Parisien des Déplacements et du schéma intercommunal des circulations douces sur Bagnolet, Montreuil, Vincennes et Saint-Mandé.

Au-delà, des questions d’aménagement, le protocole inscrit également des coopérations sur :

§         la prévention et la sécurité ;

§         l’habitat et la recherche de solutions spécifiques innovantes en matière de traitement des hôtels meublés ou dans la lutte contre le saturnisme, de résorption de l’habitat indigne …;

§         la culture ;

§         la vie urbaine et la démocratie locale ;

§         les pratiques en matière de coopération décentralisée avec le Mali, pays avec lequel les deux villes ont des engagements très forts.

Charte de coopération entre Paris et Nogent-sur-Marne

Marquée par une forte dimension environnemenale et de développement durable, cet accord s’inscrit dans le cadre de la concertation avec les communes limitrophes du bois de Vincennes et comporte, entre autres, des projets d’itinéraires de pistes cyclables.

La signature officielle entre Bertrand Delanoë et Jacques JP Martin s’est déroulée le 20 novembre 2003.

Ce protocole s’articule autour de trois axes :

§        Contribuer à la mise en cohérence des politiques territoriales, notamment sur les questions de circulation, de déplacements et d’aménagement, la Charte d’Aménagement Durable du Bois parisiens ou encore la création d’un plan bleu sur la Marne et par concertations liées à la mise en place des Plans d’Urbanisme.

§         Valoriser les atouts communs par la mise en œuvre de projets liés à l’aménagement du Bois de Vincennes ou l’élaboration d’un réseau de circulations douces en relation avec le Bois, la Vallée de la Marne (le port de Plaisance de Nogent), les équipements sportifs, culturels et de loisirs.

§         Mieux se concerter sur l’aménagement et la gestion des espaces d’interface.

A suivre…

D’autres projets des chartes de coopération sont en cours entre Paris et Vincennes et Paris et Saint-Mandé.

En savoir plus 

>Mairie de Paris – Coopération Paris/banlieue

-> Téléchargez le dossier sur le développement de la banlieue parisienne (918ko)