Actep
 
Le territoire de l'ACTEP
Vivre dans l'Est parisien Visiter l'Est parisien L'Est parisien, territoire de projets
La transformation de l’autoroute A4 en avenue métropolitaine

120 milliards d’euros partent en fumées chaque année dans les embouteillages en Europe. C’est aussi rien qu’en France, 1 million d’heures perdues.

Un enjeu des métropoles européennes réside dans la recherche de solutions innovantes et dans une refonte de nos modèles de transport : un défi social, économique et urbain.

Les territoires de l’Est francilien possèdent ainsi une armature urbaine structurée autour d’axes autoroutiers qui sont tant des axes de développement que des coupures urbaines et paysagères.

Si les autoroutes franciliennes ont essentiellement été pensées comme des voies de desserte rapide vers la capitale, le développement urbain actuel, la densification, l’évolution des mobilités et les réflexions sur la ville mixte et compacte poussent à envisager une mutation de ces infrastructures vers plus d’urbanité.

D’autre part, un souci économique conduit à envisager l’optimisation des infrastructures existantes pour une réponse aux besoins actuels. La question du dépassement des contradictions entre logiques fonctionnelles de déplacement et logiques urbaines de mixité, de proximité et de qualité de vie se pose avec acuité pour les infrastructures autoroutières qui traversent la zone dense de la métropole.

Par ailleurs, l’autoroute A4 est une porte d’entrée dans la métropole parisienne et une « vitrine » du territoire de l’ACTEP. Son insertion dans la zone dense et son « entrée » dans la Capitale lui confèrent déjà un statut particulier en Ile-de-France. Aussi, on peut penser que ce site puisse être défini comme le champ d’une expérimentation urbaine.

Forte de ce constat, l’ACTEP a proposé la réalisation d’une étude de reconquête urbaine destinée à fédérer les différents acteurs de l’Est parisien et à démontrer qu’il est possible de participer au développement d’un territoire en réconciliant urbanité, mobilité et environnement. A travers cette démarche l’ACTEP a eu cœur de traiter une question à la fois pertinente, innovante et inédite, puisque jamais en France une telle étude n’a été réalisée.

Cette transformation en voirie plus urbaine associant mobilité et urbanité permettrait de :

  • libérer des emprises pour les déplacements
  • valoriser du foncier par l’implantation d’activités économiques aux abords de l’axe
  • mettre en relation les pôles régionaux de développement et favoriser l’émergence de nouvelles polarités - soulager le RER A ;
  • créer un nouveau système de transport complétant la desserte interne de l’Est parisien.

Une étude partenariale

- 7 financeurs

Taux
Région 30%
Etat 30%
Ville de Paris 5,97%
Val-de-Marne 6,54%
Seine-et-Marne 5,97%
Seine-Saint-Denis 1,2954%
ACTEP 20,2246%

Les objectifs généraux de l’étude

L’objectif de cette étude est en premier lieu de fédérer les différents acteurs de l’aménagement de l’Est francilien pour faire la démonstration que les hypothèses formulées sur la requalification d’une voirie autoroutière peuvent trouver une application locale et participer au développement d’un territoire. Il s’agit de proposer une stratégie globale d’évolution vers une « autoroute apaisée » et d’envisager la reconquête urbaine, rendue possible par cette perspective. Cette stratégie doit être déclinée sur différents plans : les mobilités, l’urbain et les questions environnementales et paysagères.

Une stratégie de reconquête progressive

Il s’agit d’envisager une stratégie globale d’évolution vers une « autoroute apaisée » et la reconquête urbaine, rendue possible par cette perspective.

Cette stratégie est déclinée sur différents plans : les mobilités, l’urbain et les questions environnementales et paysagères.
- Urbanité

  • Une reconquête des paysages urbains en rive de l’infrastructure ;
  • Un projet urbain global permettant de relier les territoires aujourd’hui fragmentés par l’infrastructure ;
  • Une réappropriation d’espaces délaissés et la valorisation du foncier en vue de l’émergence de nouvelles polarités.
  • Une fonction « vitrine » à développer

- Mobilité

  • L’amélioration des conditions de déplacement par une utilisation capacitaire de l’A4, en faveur de systèmes de transports plus respectueux de l’environnement (transports collectifs et covoiturage…) ;
  • La prise en compte de l’évolution prévisible des mobilités individuelles et des véhicules
  • Une meilleure desserte des pôles régionaux de développement.

- Paysage environnement

  • Un plan-paysage de mise en valeur de l’A4 tenant compte de la géographie et des grands éléments paysagers (Seine, Marne, Bois de Vincennes)
  • Un plan de réduction de l’impact environnemental de l’autoroute.

Une étude exploratoire vers une mutation de l’Autoroute A4 en avenue métropolitaine

Une étude exploratoire en 3 phases :

- Phase 1 : Diagnostic et enjeux d’une voie rapide urbaine bien intégrée

  • Diagnostic général et partagé mettant en évidence les enjeux de développement de ce territoire, d’une meilleure intégration de l’autoroute A4 dans son environnement et enfin de déplacements des usagers empruntant tout ou partie de cette autoroute,
  • Identification en réponse à ces enjeux, des potentialités offertes par un aménagement de l’autoroute suivant les principes de l’autoroute apaisée, par les techniques les plus novatrices en matière d’exploitation d’autoroute et enfin par l’implantation d’un système de transport collectif améliorant la capacité générale du corridor.

- Phase 2 – Propositions en matière de stratégie de reconquête urbaine et d’évolution de la voirie rapide urbaine.

  • Stratégie d’apaisement de l’autoroute et d’intégration de l’infrastructure
  • Etude fonctionnelle du corridor A4 à l’horizon 2025
  • Amélioration des déplacements et de l’intégration urbaine et paysagère de l’A4 : scénarios d’évolution des usages et du fonctionnement de l’A4, y compris par l’insertion de transport(s) collectif(s).

- Phase 3 - Plan guide

  • Un schéma global de requalification urbaine de l’A4 intégrant l’évolution de la Voie Rapide Urbaine et l’implantation d’un système de transport collectif :
  • Projet d’aménagement des rives de l’A4, devenue « avenue métropolitaine »
  • Etude de faisabilité sur l’évolution des déplacements sur l’A4 et de son statut de « voie rapide urbaine », ainsi que sur l’implantation d’un système de transports collectif
  • Phasage de mise en œuvre du projet (technique, financier) devant intégrer des réalisations à très court terme avant l’achèvement de l’étude.
Mentions légales | Crédits | Plan du site | Flux RSS